Logo Université Laval Logo Université Laval

Appréciation de l’enseignement par les étudiantes et les étudiants

Partager :

L’appréciation de l’enseignement par la communauté étudiante s’inscrit, parmi d’autres activités, dans le processus d’amélioration continue de la formation. Elle vise à obtenir une rétroaction afin de vous éclairer sur les points forts et les points à améliorer de votre enseignement, en vue d’y apporter les correctifs nécessaires (Bernard, 2011). Deux formes d’appréciation se distinguent, soit celle en cours d’activité de formation et celle en fin d’activité de formation.

Appréciation de l’enseignement en cours d’activité de formation

L’appréciation de l’enseignement en cours d’activité de formation consiste à obtenir la rétroaction de vos étudiantes et de vos étudiants sur la formation qu’ils ont reçue depuis le début de la session. Elle permet de créer un dialogue entre vous et votre groupe afin de vous assurer du bon déroulement du cours et d’identifier les éléments susceptibles d’être améliorés. Cette appréciation facultative est habituellement réalisée entre la 4e et la 7e semaine et elle est sous votre responsabilité.

Cette appréciation peut être réalisée sous plusieurs formes. Il peut s’agir d’un échange verbal, d’une rencontre avec les représentantes et représentants du groupe, d’un court questionnaire à remplir, etc. Les informations recueillies vous permettront de mieux connaître votre groupe, de cibler les points forts de votre enseignement et d’identifier ceux qui sont susceptibles d’être améliorés. Afin de vous guider dans la tenue de ce type d’appréciation, consultez le document Démarche d’appréciation de l’enseignement en cours d’activité de formation.

Il est à noter que la réalisation de cette appréciation est reconnue pour augmenter la satisfaction des cours, ainsi que les résultats obtenus au moment de l’appréciation de l’enseignement en fin d’activité de formation.

Appréciation de l’enseignement en fin d’activité de formation

L’appréciation de l’enseignement en fin d’activité de formation est un processus formel et conventionné. Celui-ci doit reposer sur des critères et des pratiques rigoureuses afin de porter un jugement sur les différents aspects d’un enseignement. Ce processus d’appréciation est sous la responsabilité de la direction du département ou, dans le cas d’une faculté non départementalisée, sous celle de la doyenne ou du doyen. L’appréciation de l’enseignement est encadrée par plusieurs textes : la Politique de valorisation de l’enseignement, le Guide des procédures et des bonnes pratiques du processus d’appréciation des cours en fin d’activité de formation, la convention collective des professeurs et des professeures de l’Université Laval, celle des chargés et chargées de cours et la Déclaration des droits des étudiants  et des étudiantes à l’Université Laval.

L’appréciation de l’enseignement en fin d’activité de formation se présente habituellement sous la forme d’un questionnaire, en ligne ou en version papier, rempli par les étudiantes et les étudiants inscrits à votre cours. Une liste de commentaires accompagne généralement les résultats quantitatifs obtenus à l’aide du questionnaire. La fréquence d’appréciation d’un enseignement en fin d’activité de formation varie selon chaque unité.

Cette appréciation peut aborder différentes dimensions de l’enseignement:

  • la planification du cours
  • l’efficacité des stratégies pédagogiques que vous avez retenues
  • la pertinence de vos modalités d’évaluation
  • la qualité des apprentissages en laboratoire, en stage ou par projet
  • le soin accordé à la conception du matériel pédagogique
  • le climat de classe et l’encadrement que vous offrez, etc.

Pour une plus grande validité de l’information recueillie, l’appréciation en fin d’activité de formation est habituellement réalisée entre la 13e et la 15e semaine de cours. Bien que celle-ci ait aussi pour objectif de fournir de l’information pertinente pour votre éventuelle promotion, elle permet surtout d’obtenir une rétroaction utile pour améliorer votre enseignement.

Lorsque les questionnaires en ligne ou en version papier sont remplis par les étudiantes et les étudiants, les réponses sont compilées et traitées par le Système d’évaluation de l’enseignement de l’Université Laval (SEVE). Pour chaque activité évaluée, un rapport est généré. Vous pouvez avoir accès à tous les rapports d’appréciation qui vous concernent en vous connectant à SEVE à l’aide de votre IDUL et NIP. Vous aurez également accès aux commentaires déposés pour les appréciations réalisées en ligne. Notez que seuls vous et votre direction d’unité avez accès à ces résultats.

Assurer un suivi

Le processus d’appréciation de l’enseignement n’est pas une fin en soi. C’est l’amélioration de la qualité de l’enseignement qui est ultimement visée. Par conséquent, ce processus n’a d’intérêt que si la lecture du rapport vous conduit à une réflexion constructive. Considérant la charge émotive inhérente à tout jugement et les réflexes défensifs parfaitement naturels, il est recommandé de procéder en quatre étapes pour adopter la posture réflexive recherchée:


Étape 1) Se distancier du rapport statistique par une analyse critériée des résultats:

  • Ignorez les moyennes calculées et considérez chaque énoncé comme un critère isolé.
  • Ne retenez que les données représentatives, soit les statistiques éloquentes et les commentaires récurrents. Cette sélection consiste notamment à exclure les commentaires marginaux ou ceux qui contredisent un résultat statistique.
  • Retranscrivez ces seules données sur un document d’interprétation et catégorisez-les (ex. : La stratégie d’apprentissage, l’enseignement, l’évaluation et la rétroaction, l’encadrement, etc.). Évidemment, ne retranscrivez pas tous les verbatims des commentaires, mais reformulez les plus fréquents d’entre eux en une phrase, et ce, de manière constructive (ex. Les étudiantes et les étudiants aimeraient disposer de consignes plus précises pour l’évaluation finale.).
  • Ne négligez pas la retranscription des résultats et des commentaires positifs.

Cette première étape, a priori fastidieuse, entraîne un certain recul et évite qu’une critique isolée accapare votre attention au point de masquer un rapport global pourtant très satisfaisant.

 

Étape 2) Canaliser l’émotion inhérente à tout jugement:

  • Donnez le ton! Autrement dit, ne subissez pas ce processus d’appréciation, mais provoquez-le bien avant la fin de session. Instaurez tout au long du cours un dialogue constructif avec vos étudiantes et vos étudiants. N’hésitez pas à les questionner régulièrement (par sondage ou de vive voix) sur leurs perceptions : l’utilité d’une lecture, la pertinence d’une activité, la complexité d’une séance, etc. En prenant le contrôle d’une rétroaction en continu, l’appréciation de l’enseignement apparaîtra comme l’étape ultime d’un échange constructif et non comme une tribune pour émettre ses doléances, parfois de manière véhémente.
  • Dès la fin de l’étape 1, tentez de nommer l’émotion ressentie (ex. fierté, colère, découragement, inquiétude, soulagement, enthousiasme, impuissance, etc.). Cet exercice ne prend qu’une ou deux minutes, mais il se révèle efficace pour laisser place à l’émotion, la reconnaître sans jugement et ainsi baisser son intensité afin d’être en mesure de réfléchir efficacement.
  • La décentration est un autre moyen de canaliser l’émotion consécutive à la lecture d’un rapport. Se décentrer consiste à se placer provisoirement dans la perspective d’autrui, en l’occurrence dans celle de la personne étudiante qui a émis un commentaire négatif. Sans cautionner son commentaire ni tolérer d’éventuels propos blessants, tentez d’imaginer les raisons et les émotions sous-jacentes. Tentez pendant quelques secondes de voir la réalité telle que cette personne la voit. Cet exercice conduit inéluctablement à prendre du recul et à réagir plus posément.

Cette seconde étape ne prend que quelques minutes, mais elle vous prédispose favorablement à la troisième.

 

Étape 3) Planifier le suivi:

  • Avant d’envisager d’éventuels changements à apporter, considérez les variables contextuelles qui ont pu influencer la perception des étudiantes et des étudiants. Certains résultats méritent peut-être d’être relativisés ou nuancés. Remplissez la fiche de mise en contexte prévue à cet effet. Conformément aux conventions collectives, cette fiche peut être jointe au rapport lors du dépôt dans votre dossier (art. 4.9.02 de la convention du SPUL et art. 17.10 de celle du SCCCUL).
  • Exploitez vos forces. Consacrez un peu de temps à peaufiner ce que vous faites déjà très bien, ce pour quoi vous obtenez de la reconnaissance, ce qui vous gratifie intellectuellement ou psychologiquement. Le temps et les efforts investis pour votre cours seront alors plus rentables que si vous les aviez exclusivement consacrés aux seuls aspects à améliorer.
  • Choisissez un élément parmi les améliorations possibles, deux à la rigueur, mais pas davantage. Questionnez-vous quant aux besoins des étudiantes et des étudiants pour optimiser leurs apprentissages. Il se peut que ces besoins diffèrent de leurs attentes. Si tel est le cas, il serait important de leur expliquer à l’avenir vos choix pédagogiques pour éviter les commentaires inutiles.
  • Trouvez des solutions. Outre le recours à une conseillère ou à un conseiller pédagogique, pensez à discuter avec vos pairs, à participer à des ateliers de formation, à consulter des sites de références, notamment toutes les ressources contenues dans celui-ci, à participer à des séances de codéveloppement, à rejoindre un programme de mentorat, etc.
  • Enfin, consignez ces trois étapes de réflexion. Elles témoignent de votre volonté d’amélioration et pourraient figurer, le cas échéant, dans un dossier de promotion. Cette consignation vous préparera également à une éventuelle rencontre avec votre direction d’unité, si celle-ci vous convoque.

 

Étape 4) Compléter l’évaluation de votre cours:

  • L’appréciation de l’enseignement par les étudiantes et les étudiants est considérée comme la rétroaction la plus utile pour la personne enseignante désireuse de s’améliorer. Toutefois, aussi précieuse soit-elle, cette rétroaction reste imparfaite. Il est recommandé de compléter l’évaluation de votre enseignement par d’autres moyens. N’hésitez pas à solliciter l’aide du Service de soutien à l’enseignement ou celle de vos conseillères et conseillers pédagogiques en faculté pour recueillir d’autres données. Il est possible de procéder à:
    • une observation structurée en classe (in situ ou en vidéoscopie)
    • une autoévaluation guidée à l’aide d’un référentiel de compétences
    • une analyse de votre scénario d’apprentissage et de son alignement pédagogique
    • l’animation d’un focus group auprès de vos étudiantes et de vos étudiants autour d’un sujet précis
    • une analyse des erreurs récurrentes extraites des travaux et examens
    • une démarche de recherche-action en pédagogie (SoTL), etc.

Sachez que les conseillères et conseillers pédagogiques peuvent vous accompagner tout au long de ces quatre étapes, et ce, en toute confidentialité. Le Service de soutien à l’enseignement compte dans son équipe une personne dédiée spécifiquement à cet accompagnement. N’hésitez pas à solliciter son soutien.  

Aller plus loin

Autres ressources pédagogiques qui pourraient vous intéresser...